11
déc

Affiche pour le Bal du yucca

Réalisation de l’affiche en collage pour Le grand bal du Yucca n°5 à Mix’art Myrys – Toulouse

affiche-collages-bal-du-yucca-myrys-toulouse-6c0l-collagiste-occitanie

Joie et effervescence tel le cachet d’aspirine au matin le lendemain d’une soirée arrosé, l’ancienne marque de chaussure qui mélange les pratiques artistiques et votre ustensile de musicien à corde dans une plante feuillue préférés vous concoctent pour la mi décembre Le Grand Bal Du Yucca n°5 a.k.a Bal Au Centre n°2 !

Et pour cette 5 eme édition, Un Archet Dans Le Yucca met les pieds dans les petits plats dans les grands en bousculant d’autant les habitudes, soucieux de ne point vous enfermer dans une monotonie lassante, surtout à quelques heures des fêtes en famille qui en sont l’incarnation même.
Un loto orchestré et déguinguandé, 5 espaces de diffusions différents, un préambule, un grand orchestre, une création qui fait le rock sans guitare ni batterie, un duo de poésie trash noise, de la transe répétitive, du grand n’importe quoi, de l’expérimental foutraque, de la barbe à papa à prix libre, des inter-plateaux délirants, de la joie comme s’il en pleuvait….

Démarrage à 17h avec le traditionnel loto du Yucca, dans le bar bulle (dit « le bar en rentrant à gauche ») animé par les musiciens du Surnatural Orchestra, le maitre de cérémonie Eric Leclerc et l’imprévisible X-Or.

A 19h, rendez vous en salle 1 (dite « la salle au fond du couloir à droite ») pour un début tout en douceur étrange, musique expérimentale et images qui ne le sont pas moins avec I.V.R.E.
https://vimeo.com/240168289

Ensuite, rendez vous dans l’espace mutualisé (dit « la grande salle ou il y a plein de gens et le bar ») avec le Surnatural Orchestra, 18 musiciens. Emménagez la scène, posez-les y dedans. Rien à frotter ; un geste, juste, et dans la poursuite, voilà qu’ils s’animent ; ces vingt humains ; le désir au genou l’instrument à la bouche ; à la main le cœur ; et ça bat. Le deux temps, le trois, le onze ; musiques avec des z ; musiques que l’on danse, musiques qu’on regarde ; ils vont vite les zèbres ; entremêlent leur jour-le-jour, l’incongrue réminiscence, et la partition longtemps mûrie.
http://www.surnaturalorchestra.com/

Puis place au centre, et on se retrouve dans la salle 3 (dite « salle de concert, mais oui, alors quand t’arrives dans Myrys, tu prends le couloir tout droit, tu tournes à gauche, t’arrives dans l’espace mutualisé, tu tournes à droite et c’est à gauche ») ou une scène magnifique n’attend que vous pour l’entourer et où grace aux talents conjugués de l’équipe technique, vous bénéficierez d’une expérience d’écoute quadriphonique et d’un jeu de lumière hors du commun pour écouter/voir Brice et Sa Pute
Brice et sa pute vont vous raconter l’Histoire de la Vie.
Vous allez vous sentir mal immédiatement. Ensuite le vide s’installera et tout ira pour le mieux.
Parfois ils joueront la comédie, vous rirez, serez émerveillés par les grimaces des corps qui suent.
Et à cet instant précis, le mot “pute” se transformera en oiseau, traversera la mer de nuages et je ne serai pas loin.
Mal. Vide. Mieux. Parfois. Corps. Précis. Oiseau. Loin.
https://duretdoux.com/dur-et-doux/artistes/brice-et-sa-pute/

Ensuite, retour sur la grande scène de l’espace mut’ (ouais maintenant que tu connais, on peut employer des abréviations) pour une création inédite.
D’habitude on laisse carte blanche à des groupes locaux, pour faire une création et y convier des copaines. Cette fois c’est à une musicienne que nous avons donné telle carte. Jeanne Ribis (Glossolalie) vient faire le rock sans guitare ni batterie mais avec des cordes et des vents, et ça va envoyer sévère. Même que ça s’appelle Test_01

A partir de là, autant retourner derechef en salle 3 pour méduser ses yeux et ses oreilles devant Za!
De prime abord, impossible de se douter qu’ils font tout Za! à deux. Et pourtant, armés d’un aplomp sidérant, ces catalans un poil énervés utilisent à peu près tout ce qui leur tombe sous la main pour façonner une musique marquée au fer rouge, démente, chaotique et protéiforme. Un manifeste musical bruyant, brillant, jouissif qui prouve (si besoin était…) que oui, la musique expérimentale peut être euphorisante. Atypique, énergisant et hautement recommandé pour les celles et ceux qui voudraient se remuer.
https://megaflow.bandcamp.com/

Enfin, cette soirée sera conclue par une femme, La Femme En Rouge (Laurent Paris, Mr Bishop et Bertrand Fraysse)
Un trio de solos. Trois hommes-orchestres, assis en cercle, qui ne tournent pas rond. Et jamais en rond. Une musique cyclique qui prend le temps de s’installer, pour mieux déménager. Une transe acoustique artisanale qui se déroule en boucles infernales. La femme en rouge exhale des parfums enivrants, murmure des chants sans mot entêtants. Sa robe écarlate ondule et tournoie dans une danse primitive hypnotisante. Et on est subjugué.
https://soundcloud.com/bertrand-fraysse/la-femme-en-rouge

Voilà pour le programme des festivités !

Ah oui, et il y aura aussi des boissons à boire, de la nourriture à manger, de la barbe à papa à prix libre et des entre-plateaux de fous :
Baraque à Free (sous réserve), X-Or (sans réserve), Edredon Sensible (sans Jean) et le Surnatural Orchestra démoliront avec allégresse et espièglerie et en dix minutes chrono les deux standards les plus dégoulinants de l’histoire de la musique : le Printemps de Vivaldi et The Girl from Ipanema